Faut pas se sentir visé / Bastien Cretton

Humour/ Scènes valaisannes

Les 24 et 25 janvier 2014

- Ecriture & jeu : Bastien Cretton

- Œil extérieur : Mathieu Bessero-Belti


"Pourquoi eux et pas moi ?" Voilà ce qu’il se dit lorsqu’il regarde une émission de téléréalité.

Bastien Cretton a vingt 20 ans. Il est Valaisan et jaloux de la gloire qui auréole tous ceux qui, du jour au lendemain, participent à une simple émission de téléréalité. Qu’ont-ils – ou elles – de plus que lui ? N’a-t-il pas, lui aussi, des problèmes de famille ? Autant de peine à trouver une petite amie qu’à passer le permis de conduire ?

Bastien Cretton parle de lui, bien sûr. Mais que cela ne nous empêche pas de nous sentir visés.

Tout commence en 2011. Bastien Cretton pose son stylo sur une feuille avec la ferme intention d’y accoucher de son premier one-man-show. Depuis tout jeune, il rêve de faire rire. A quinze ans, il imite ses humoristes préférés, Yann Lambiel, Gad Elmaleh ou Dany Boon. Et c’est en imitant Daniel Brélaz, l’inimitable syndic de Lausanne, qu’il connaît ses premiers succès familiaux.

Depuis le voici accro aux rires des gens.

A 19 ans, il balance ses premiers sketchs sur scène. Il cherche sa propre voie, s’essaie à des thèmes plus personnels. Il enchaîne les dates et les fêtes populaires – la foire du Valais, la fête de la Châtaigne avant de faire la première partie de Jean-Louis Droz, puis de Karim Slama à la Belle-Usine.

Avec « Faut pas se sentir visé », Bastien Cretton parle ouvertement (vertement aussi) des complications de la vie d’ado et des événements qui marquent le quotidien d’une société vouant un culte immodéré à la télé et à ces émissions uniquement bonnes à vous font prendre des vessies pour des lanternes.

Le Théâtre du Dé a souhaité inviter ce jeune et talentueux humoriste adepte de « l’autobiomoquerie » dans le cadre du festival Scènes valaisannes 2014.

Vendredi 24 et samedi 25 janvier 2014, à 20h30 -
Réservation : 41 27 767 15 00