Sorcière Blanche / Emilie Vuissoz

Jazz tribal / Première valaisanne

Les 23 et 24 novembre 2012

Le nom, d’abord : Sorcière Blanche, un nom qui évoque le mystère, la magie, l’envoutement. La musique, ensuite : comme un élixir sonore, qui puise dans des rythmes ancestraux – le souffle, les battements du cœur – et convoque les éléments naturels – le vent, le tonnerre, le feu.

Emilie Vuissoz a commencé le piano à cinq ans. Parcours classique avec quinze ans de conservatoire. Elle s’immerge ensuite dans l’univers du jazz et de l’improvisation Une grosse envie de voyage la saisit : elle sillonne l’Afrique, l’Inde, capte les sons et les chants du monde et choisit son nom d’artiste.

Sorcière Blanche, désormais, Emilie Vuissoz crée son propre univers fait d’une mosaïque de sons acoustiques et d’accents de jazz-rock tribal et organique. Le piano, bien sûr, mais aussi le loop, la guitare, le tambour amérindien et le chant. Autre passion : l’écriture, qui nourrit des textes où les mots s’habillent de rythmes et de sons pour créer un univers poétique singulier.

Emilie Vuissoz à l’âme nomade et le cœur qui bat d’une pulsion animiste, sensible et chaleureuse. Sorcière Blanche chante les élans de la révolution et de la vie, l’amour et les voyages « sous l’ombre ailée des oiseaux de nuit ». Son chant est un magma brûlant, une chute d’étoile, un hymne aux forces de vie qui sourdent du monde.

Vendredi 23 et samedi 24 novembre 2012, à 20h30