L’angoisse un peu surjouée d’un steak haché dans une cage à lapins / Fabian Tharin

Chanson / Nouveau spectacle

Le 18 février 2012

Textes, chant, guitare : Fabian Tharin
Piano, claviers : Alexis Gfeller
Batterie, percussions : Raphaël Pedroli
Mise en scène : Thierry Romanens
Collaboration artistique : Raphaël Noir
Photos : Claudio Artieda


Fabian Tharin est-il un chanteur engagé ? Disons que cet yverdonnois de souche s’attache plutôt à son univers personnel. Il met toute son énergie et son savoir- faire à renouveler le regard qu’on porte sur le sujet, en tordant les codes, en renversant les proportions, en faisant apparaître les tensions, bref, en proposant une lecture surprenante, légère, libre et irrévérencieuse.

Un véritable engagement poétique qui refuse de laisser le regard s’avachir, s’embourgeoiser dans des formules.

Les textes de ses nouvelles chansons ont toujours pour objectif de dire autrement, « écrire faux, exactement », de créer de la surprise pour regarder avec fraîcheur. Le sujet est toujours une vie précise (celle de l’auteur) que l’on oublie assez vite dans un geste qui va du particulier à l’universel.

Pour retrouver l’enthousiasme créatif de ses jeunes années durant lesquelles il explorait diverses voies avec des groupes de rock progressif, le chanteur trentenaire part explorer de nouveaux territoires..

Bénéficiant désormais d’une technique musicale solide que lui ont apporté ses longues années de classique, Fabian Tharin s’amuse à éviter rigoureusement les chemins sur lesquels le menaient ses habitudes. Escorté d’une escouade de musiciens de premier ordre, il excelle à se créer un langage un peu différent, délaissant le simple tour de chant pour y glisser quelques interventions en forme d’éclairages loufoques, surréalistes ou tendres sur sa vie d’artiste… de grand talent.

Samedi 18 février 2012 à 20h30